La télévision de rattrapage en 2016

Publié par Barbara
7 septembre 2017

Accueil » La télévision de rattrapage en 2016

Voici quelques chiffres prouvant que la TVR fait définitivement partie de notre quotidien.

Rappelez-vous, avant. Il fallait enregistrer les programmes que vous ne pouviez pas voir, sinon… c’était tant pis. Aujourd’hui, vous pouvez utiliser les services de TVR, ou la télévision de rattrapage, qui vous permet de (re)visionner un programme après sa diffusion.

 

La TVR, c’est quoi ?

La Télévision de Rattrapage (TVR), ou télévision à la demande, replay ou encore catch up TV, regroupe tous les services permettant de voir ou de revoir les programmes que vous auriez manqués (ou adorés !), sur la chaîne elle-même (grâce à votre box) ou sur son site Internet, voire parfois son application.

Ce service est entièrement gratuit mais les programmes ne sont disponibles que pendant une période donnée (souvent de 7 à 30 jours), et le contenu peut ensuite devenir payant. Quoiqu’il en soit, la TVR s’impose de plus en plus au sein des foyers français, ces quelques chiffres à l’appui.

La TVR en quelques chiffres

En 2016, la TVR c’était 20 597 heures de programmes disponibles, soit une augmentation de 20,4% par rapport à 2015. Près de 120 chaînes proposent des programmes en TVR, et 60% des programmes des chaînes nationales sont disponibles en replay. En effet, 90% des chaînes historiques proposent des programmes en TVR sur Internet, 54% des chaînes de la TNT pour 39% des chaînes de la TNT, et ces chiffres ont augmenté d’environ 10% depuis 2013.

La TVR, c’était aussi 6,5 milliards de vidéos vues, contre 5,1 milliards en 2015, pour une moyenne de 17,7 millions de vues visionnées quotidiennement – contre 13,9 millions en 2015. Derrière leurs écrans ? Ce sont 80,2% des internautes, contre 73,4% en 2015, qui affirment avoir regardé au moins une émission en replay dans les 12 derniers mois.

La Télévision de Rattrapage représentait 105 millions d’euros de chiffres d’affaires publicitaire, contre 90 millions un an auparavant, soit une hausse de 16,7%.

Et la TVR, pour regarder quoi ? Les programmes les plus consommés sont les divertissements, avec 29% des vidéos vues, suivis des programmes jeunesse (26,5%), de la fiction (26,3%), et loin derrière, de l’information (5,3%), le magazine (4%), le sport (2,1%), le documentaire (0,4%) et le cinéma (0,3%)

 

 

Source : CNC

Partager